Publi-réportage

Fabien Blé : la peinture, un véritable Art !

Cet article est parut le 9 février 2018 sur le site ladiplomatiquedabidjan.

Il a décidé de changer le regard de la société en faveur des peintres. Engagé depuis six années dans ce domaine, son objectif à long terme est de former les jeunes déscolarisés via un centre de formation. Il en a les capacités car les résultats de ses réalisations sur le terrain sont très parlants. Qui est-il ? Quelle est son histoire ? Éléments de réponses ci-dessous.

Blé Aguy Gilles Fabien en a marre ce matin. Tous les efforts qu’il a fournis durant l’année en cour, ainsi que lors des précédentes années sont restés vains. Son moral a pris un coup de choc. Ce deuxième semestre de l’année 2012, lui a été fatal ! Une fois de plus, il vient d’échouer aux épreuves du baccalauréat (BAC). Il n’a que le diplôme du Bepc. Très anxieux, il pense à se diriger vers un autre secteur d’activité, mais rien n’est encore décidé. Il reste donc au chômage pendant un moment. En l’espace de quelques mois, il ne supporte plus cette situation. Il doit impérativement s’occuper afin de subvenir à ses besoins.

L’originaire de la ville de Daloa précisément du village de ‘’Niouboua’’ tient alors une conversation avec ses deux amies. Denise Dion et Marie-France Edoukou qui, prises d’empathie, établissent immédiatement la mise en relation avec son premier employeur M. Ayouba Soro. L’entretien se déroule si bien qu’il prend fonction les jours d’après. Nous sommes maintenant en 2013.

Fabien Blé est rémunéré à seulement 2000 FCFA la journée mais il ne perd pas de vu son objectif premier : celui de maitriser les rouages de son nouveau métier. Il saisit cette occasion qui lui est offerte et découvre ainsi une nouvelle passion. La peinture.

« Mes premiers jours de travail ont coïncidé avec la réhabilitation de toutes les façades extérieures du grand moulin d’Abidjan. C’était une expérience fabuleuse », s’en souvient-il encore. Motivé plus que jamais, il devient opérationnel en l’espace d’une semaine.

Deux années suffiront pour la mise en place d’une star ’up nommée ‘’Bati pro peinture’’. Une petite entreprise spécialisée dans la peinture et la décoration. Le jeune entrepreneur de 29 ans, a aujourd’hui à son actif une équipe de 10 personnes en permanence et de 50 autres peintres en réserves pour des travaux grands chantiers.

IMG 20171119 WA0039 1

Ayant su s’imposer par son courage indéniable et le goût du travail bien fait, il semble être difficile de se passer de ses services si bien que certaines personnalités reconnues n’hésitent pas à le solliciter pour la réalisation de leurs travaux de peintures. « Grâce à ce métier. Je suis sollicité par tous. Des stars de la télévision, des hommes d’affaires, des gradées de l’armée, des personnes vivantes hors du pays et même certains footballeurs. J’ai pu voir combien de fois je suis important et respecté par ses personnes », a-t-il laissé entendre.

Pour la satisfaction de ces clients, Fabien Blé et son équipe, tiennent compte de plusieurs paramètres. Il s’agit de la pièce à peindre, du goût, et de la personnalité du client.

Le PDG de ‘’Bati pro peinture’’, a un objectif majeur qui est de changer la perception de la société vis-à-vis des peintres, « nous faisons un métier noble comme tous les autres. La preuve nous sommes incontournables. Mon souhait le plus ardent est de changer l’image que la société a des peintres et j’y arriverai », a-t-il dit.

Pour lui, « tout métier nourrit son homme à condition d’être professionnel ». Pour se faire, il invite tout jeune désireux d’être peintre à « avoir l’amour de la chose, et à apprendre normalement le métier sans brûler les étapes ».

Kema

Marina Kouakou
Marina Kouakou, une étoile montante des médias ivoiriens. Journaliste engagée contre les violences basées sur le genre, elle est également une militante syndicaliste dans la profession qui prend ses marques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *