Les participants réunis à la fondation FHB de Yamoussoukro
Education et Autonomie

Migration irrégulière : « cette situation doit cesser et pour l’Unesco il s’agit d’agir mais tous ensemble », UNESCO

 Le projet « autonomiser les jeunes en Afrique grâce aux médias et à la communication » se poursuit. Après l’Institut des sciences et techniques de la communication (ISTC), et le foyer des jeunes de Bingerville, (voir https://educationalautonomie.com/index.php/2020/11/26/migration-irreguliere-lunesco-a-bingerville-pour-sensibiliser-la-jeunesse/ ), l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), réunit ce 5 décembre 2020 les jeunes venus de Daloa, de Bouaflé, Bouaké, d’Abidjan à la fondation Félix Houphouët Boigny  de Yamoussokro pour un forum d’échange entre les jeunes, les journalistes, et les organisations non gouvernementales.

 Objectif : « Trouver des pistes de solutions pour freiner la migration irrégulière ». A cette occasion, la représentante du Bureau Unesco Abidjan Anne Lemaistre a insisté sur les dangers de ce phénomène. « Les dangers liés à cette aventure exposent les candidats potentiels à la mort, aux viols,  aux enlèvements, à la traite des êtres humains… Nous aurons des témoignages poignants tout à l’heure.  Vous entendrez les migrants de retour. Cela doit nous amener à réfléchir et à unifier nos forces, nos intentions positives pour sensibiliser la jeunesse et les enfants à se détourner de ce chemin. Cette situation doit cesser, et pour l’Unesco il s’agit d’agir mais tous ensemble », a-t-elle indiqué.

Dans la même veine, le représentant du Maire de ladite ville Konan Félicien s’est directement adressé à la jeunesse. « Jeunes ‘’sciencez’’ un peu. Je vous exhorte à prendre conscience des risques réels de la migration, à fréquenter le marché du travail en vue de votre insertion, l’eldorado c’est ici », a-t-il exhorté. Il a également encouragé le gouvernement ivoirien à « amplifier les solutions pour le bien être des jeunes ».

Le Secrétaire Général de la fondation  M. Jean Noël s’est quant à lui interrogé sur la persistance de ce fléau. « Jusqu’à quand l’Afrique laissera-t-elle mourir ses jeunes, dans le sable chaud du désert, dans les eaux glacées de la méditerranée, sur les barbelées des grosses frontières des pays européens ? Pourquoi ce fléau de la migration irrégulière ? Tant de souffrances provoquées par l’irresponsabilité des gouvernements africains, de la démission ou l’impuissance des parents, des familles, des ONG », a-t-il souligné.

Et d’ajouter « Nous sommes réunis pour apporter des réponses à toutes ces interrogations. Nous pouvons y mettre fin de par nos réflexions et nos actions. Nous le pouvons c’est pourquoi il me plait de vous accueillir dans cette fondation dédiée à la recherche de la paix et de vous souhaiter la bienvenue».

Cette phase du projet « Autonomiser les jeunes en Afrique grâce aux médias et à la communication » qui vise à s’attaquer aux causes profondes de la migration, aux risques et dangers de la migration irrégulière porte cette fois sur une série de journées d’échanges avec les jeunes et des organisations de jeunesse pour un appui à des campagnes d’informations, à l’autonomisation de jeunesses sur la migration irrégulière.

#migrants #former&informer #mediasMigration #jeunes #UNESCO_fr #ItalyMFA #aics-it #ItalyinAbidjan #UNESCO_Dakar #satrium #Luigivignali #UnescYaounde #UnescoAbuja

MK

Marina Kouakou
Marina Kouakou, une étoile montante des médias ivoiriens. Journaliste engagée contre les violences basées sur le genre, elle est également une militante syndicaliste dans la profession qui prend ses marques.

One Reply to “Migration irrégulière : « cette situation doit cesser et pour l’Unesco il s’agit d’agir mais tous ensemble », UNESCO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *