Education et Autonomie

Fête du travail 2021: zoom sur trois jeunes femmes dévouées, engagées qui se démarquent

Elles sont si nombreuses ces femmes et jeunes filles qui se battent pour assurer leurs pitances quotidiennes et celles de leurs familles. A travers ces trois jeunes femmes dynamiques  présentées ci-dessous, Education A l’Autonomie souhaite une excellente fête du travail à toutes les femmes et jeunes filles travailleuses, en particulier celles qui font un travail formidable dans l’ombre et qui restent encore méconnues.

Soro Sita, une valeur sûre du journalisme en Côte d’Ivoire

Soro Sita, c’est le 1er prix catégorie audiovisuel du Concours régional de reportage humanitaire organisé par le comité international de la croix rouge (Cicr) en 2020.

En 2019, elle remporte le prix de la meilleure journaliste radio, distinction obtenue à la soirée des Ebony, en plus du meilleur reportage du prix Joseph Diomande à la cérémonie des Ebony de 2019.

En 2018, la jeune Journaliste de Radio Côte d’Ivoire, a été distinguée meilleure journaliste de la lutte contre le travail des enfants. Un prix initié par la première dame de Côte d’Ivoire Dominique Ouattara, et la distinction de l’association des écrivains de CI pour sa contribution à la promotion de la littérature en Côte d’Ivoire.

Angelina Niangoran, une travailleuse intrépide

Née le 02 décembre 1993 à Abobo, Apo Angelina Clémence Niangoran de nationalité́ ivoirienne, célibataire, et sans enfants est en master 2 en philosophie – politique et morale- à l’Université́ Félix Houphouët Boigny d’Abidjan.  Fervente, travailleuse, bosseuse, intègre, déterminée, C’est une passionnée qui s’adapte et qui ose. La jeune dame a suivi parallèlement plusieurs autres formations associatives. Il s’agit de la formation en communication audiovisuelle, du projet ”Femmes ,occupez les médias” initié par l’institut panos de l’Afrique de l’ouest et le ministère des affaires en 2020, de l’ ateliers de renforcement de capacités des organisations de la société́ civile organisé par l’institut panos,  de l’atelier régional sur la gouvernance et la réglementation de la e-santé en Afrique, et de la participation au programme de coaching des femmes pour les élections organisé par le Conseil national des droits de l’homme encore en cours jusqu’en 2023.

De plus,  elle tient parfois des séances de formation dont celui de la formation sur le dialogue démocratique et la cohésion sociale dénommée “la paix’’, organisée par la fondation Konrad Adenauer Stiftung.

Angelina Niangoran a aussi exercé́ dans quelques structures parfois en tant que bénévole ou stagiaire dont Lindkey School où elle a été formatrice bénévole entre l’année 2019 et 2020, le département de philosophie, à l’Universite Felix Houphouet Boigny en tant que stagiaire en qualité d’agent administratif entre 2018  et 2019 et le Collège Privé Serment en tant que professeur de français de 2017 à 2018.

L’originaire de Akoupe a une vie associative bien fournie. Elle milite au sein de l’association Peace in campus en tant que secrétaire à l’organisation adjointe depuis l’année 2019, et Chargée de l’organisation générale de l’association pour un bon fonctionnement. Elle est par ailleurs la trésorière de l’Ong Emerg’lead au pôle Cocody centre depuis 2019, chargée d’encaisser les cotisations mensuelles, et puis membre Bénévole à l’éducation aux medias et à l’information depuis 2019 également chargée de recueillir des images ou informations sur les réseaux sociaux en vue de les analyser pour en connaître la véracité. Cette jeune femme est aussi Commissaire aux comptes adjointe de la plateforme  le Salon des jeunes femmes et citoyennes journalistes de Côte d’Ivoire depuis février 2021…

De Laure Nesmon, une journaliste engagée

Elle n’est plus à présenter. Nesmon De Laure,
Journaliste et blogeuse est une consultante-formatrice
En nouveaux médias. Cela, après 12 années d’expérience en tant que reporter. Elle a commencé sa carrière dans la presse écrite avant de se consacrer aux médias numériques.

Experte en Éducation aux médias et spécialiste du fact-checking, elle a contribué à asseoir les curricula de formation en EMI pour les universités ivoiriennes, sous l’égide de L’Unesco.
Chargée de cours en Journalisme Web à l’Institut des Sciences et Techniques de la Communication de Côte d’Ivoire (ISTC), Nesmon De Laure fait également la promotion des médias alternatifs auprès du public pour plus d’inclusion des jeunes et des femmes.
À cet effet, en 2019,elle a fondé, avec des amis, l’Ong Opinion Éclairée qui édite un média alternatif dénommé lemediacitoyen.com. Engagée pour une présence d’impact des femmes journalistes eu sein des rédactions, elle est à l’origine de la plate forme le Salon des jeunes femmes et citoyennes journalistes qui est désormais présidé par la jeune journaliste Marina Kouakou.

Depuis près d’un an, Nesmon De Laure travaille au sein d’une organisation internationale en qualité de chargée de programme de lutte contre la désinformation politique.

Diplômée es Lettres, elle est aussi diplômée en journalisme et Communication. Elle a plusieurs fois été primée pour son sérieux dans le travail, au niveau national et international.

La fête du Travail date de 1941

Selon le site Rtl.fr, c’est le Maréchal Pétain, sous l’occupation allemande, en 1941, qui a fait du 1er mai la « fête du Travail et de la concorde sociale ». Pour la rendre populaire, il décrète que cette journée sera chômée. Avant cette date, toujours selon le site,  le 1er mai n’existait juridiquement pas, c’était une journée de manifestation non seulement en France mais un peu partout dans le monde, à l’initiative des syndicats de travailleurs, le plus souvent communistes ou socialistes.

Le 1er mai entre dans la foulée comme un jour férié et payé dans le code du Travail.  Cette tradition de la fête du Travail fériée et chômée a fait tache d’huile, et est reprise aujourd’hui dans de nombreux pays du monde.

Marina Kouakou
Marina Kouakou, une étoile montante des médias ivoiriens. Journaliste engagée contre les violences basées sur le genre, elle est également une militante syndicaliste dans la profession qui prend ses marques.

One Reply to “Fête du travail 2021: zoom sur trois jeunes femmes dévouées, engagées qui se démarquent

  1. Bonne continuation à ces braves femmes, nous arriverons à impacter le monde, le meilleur reste à venir. Surtout bonne fête à elle sans oublié notre grande blogueuse Mk.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *